Google+ Followers

samedi 21 juin 2014

texte de théatre.

Bonjours, je vous communique ici une de mes autres passions avec le dessin, l’écriture.
Ici, vous allez pouvoirs lire un texte que j'ai écrit durant un DS d'1h30, avec pour sujet: un dialogue de théâtre entre deux personnes qui s'opposent: une jeune et une vieille ou adulte. J'ai eu 19 sur 20 et j'ai décidé de vous partager ma pièce avec vous.

(Évidemment elle traite de féminisme ^^) (je suis en 3eme)

Sophie, féministe engagée de 16 ans tente de convaincre son directeur de l'importance de l'égalité des genres, suite à des remarques sexistes. Ce dernier la contredit. Sophie s’énerve.

Décors: un bureau. Sophie est assise en face du directeur.

Le directeur: Il est très calme  Sophie, sincèrement, regardez le monde qui vous entoure. Pensez-vous un seul instant qu'il soit possible de le changer?

Sophie : Oui, je le pense. Cela prendra du temps, beaucoup de temps. Mais il le faut bien. Ne voyez vous donc pas dans quel monde nous vivons? Moi, je ne veux pas rester sans rien faire, je ne veux pas me soumettre dans ce monde qui dénigre la femme. Je ne veux pas de ce pays si bien rangé, chacun dans son moule! Je ne veux plus de ces faux genres, ni de toute ces choses fausses. Je ne veux que la vérité. Et l'égalité.

Le directeur: Ouvrez les yeux!!

Sophie : Elle se moque de lui Je vois mieux que vous. Avez vous remarqué ces yeux fatigués qui sont les vôtres ?

Le directeur : Si ces "faux genres" existent, c'est à cause  de la nature. L'homme et la femme sont différents, et ce depuis la naissance. Voudriez vous renier votre corps?

Sophie : Je dois vous contredire. Je vous parle ici de genre et de société. Je veux vous faire voir que, homme ou femme, nous avons le même cerveaux. Sur le plan physique nous sommes différents, c'est vrai. Mais comme tout le mondes ! Je ne veux pas faire disparaitre les différences, qui font la vie, mais bien qu'on les acceptes! Je veux l'égalité! Ne pourrait on considérer le sexe comme, euuuh... Une couleur de cheveux ?

Le directeur : il est très énervé, il oubli de la vouvoyer  Ce n'est pas si simple petite. Tu est jeune! Tu ne comprend rien, encore, à la société. Retourne dans ta classe, farcie toi la cervelle c'est tout ce que tu peut faire! Cette discussion est bien inutile. Il se calme Retourne dans ta classe. Retournes y. Depuis toujours, l'égalité est contredit par la nature. Regarde autours de toi! Les garcons jouent au foot dans la cours et les filles parlent. C'est na-tu-rel!!!

Sophie: elle frappe le bureau CLICHÉ, CLICHÉ, CLICHÉ !!! Je veut dire NON à ces clichés. Les annihiler, les effacer, les détruire, les pulvériser et ne plus jamais en entendre parler. La société fait vivre toutes ces idioties. C'est un discours indirecte, un lavage de cerveau, une mise au pas programmée ! Depuis notre naissance, notre personnalité nous est dictée. Dans les livres, les contes, les publicités et la mode. "La femme et l'homme doivent suivre CES modèles" disent les politiciens. L'homme en souffre d’ailleurs tout autant que la femme !!

Le directeur: C'est faux. Dans ta jeunesse, tu idéalise bien tout. Tu est encore une enfant. Tes parents t'ont mis toutes ces bêtisent dans la tête et tu y croit maintenant ! Regarde toi, furie ! C'est toi qui est manipulée par ces idées nouvelles qui t'ont plus. Ne t'es tu jamais dit que le problème venait de toi? 
Toi qui n'est d'accord avec rien quand tout les autres le sont !!

Sophie : C'est bête. Idiot, oui vous êtes idiot. Je le vois bien maintenant! Vous avez vécu trop longtemps! Votre vie a eu le temps de vous rendre stupide. Pourtant vous ne deviez pas être fondamentalement mauvais...

Le directeur :il lui tient le bras Arrête ! Ne nie pas l'évidence! Regarde ces garçons qui aiment le rose! Ne sont ils pas ridicules? Tu voudrais que tout le monde soit comme eux ?

Sophie : Je voudrais que tout le monde puisse aime ce qu'il veut! C'est seulement un être humain qui aime le rose ! elle lève les bras au ciel Je proclame un seul et unique genre : l'humain !

Le directeur : il se lève On ne peut pas renier ainsi nos origines! Il y a des codes que la société doit suivre ! Il en a toujours été ainsi, et renier ces codes, c'est renier notre histoire.

Sophie: Vos rides ont une histoire, c'est vrai elle rit Mais moi, je suis jeune, je n'ai pas encore de rides. Et je ne suis pas la seule! Quand tout ceux qui ont l'esprit si vieux seront partis, nous aurons l'égalité. Totale, parfaite et sans conditions. Et alors nous serons libres, enfin .

Le directeur: il tape sur la table Insolente! Je pourrait te faire renvoyer, mais d'abord, je veux que tu comprenne. Tu me fait de la peine avec tes beaux idéaux ! Tu as bien trop d'ambition et tu aura si mal quand tu retombera.

Sophie: Oui j'ai de l'ambition. Et toute une vie pour la réaliser. Pas comme vous! Moi, je n'ai pas fini de me battre. En vérité je n'ai même pas commencé. Car si votre société est celle que je vois, cette grande avaleuse, machine à discrimination, destructrice de rêve, qui etouffe les femmes, et les hommes d’ailleurs. Si c'est cette société où les directeurs sont si vieux elle sourit pour le provoquer et les femmes moins payées. Si c'est cette société horrible qui nous commande, alors je veux la faire disparaitre! Et tant pis si je m'y brule les ailes. C'est dans l’intérêt de tous, et pour tous. Et pour moi d'abord! Car oui, c'est pour moi que je le fait tout d'abord!

Le directeur: Tait toi, enfant, idiote, rassis toi! Tu parle trop!

Sophie: En secouant les bras Oui, oui, oui! Je suis jeune, stupide et je parle trop. Mais je ne me rassirais pas! J'ai bien tout étudié, bien tout épluché. J'ai été une fille bien sage et bien calme et maintenant je veux me lever et crier! elle cri Crier à m'en perforer les poumons, à en perdre la voix et à m'en faire mal!! Vous pouvez m'exclure, j'aurai raison, toujours, encore raison ! Je me suis tût bien trop longtemps. Ça m'a presque tué!

Le directeur: TAIT-TOI, tu n'a pas raison, et même si tu était dans le vrai, ça ne changerai rien. Le monde est tel qu'il est, il le restera! Et même avec ta jeunesse il est envieux toute ta belle jeunesse, tu ne pourra pas battre cette société. Elle est trop grande, trop forte pour toi ! Tu ne peut que crier dans le vide!

Sophie:  " Rien d'autre que cela, je le sais. Mais cela, du moins, je le peux. Et il faut faire ce que l'on peut." Et vous êtes bien ridicule! Voyez comme je suis une bonne élève, je cite même Antigone, cette chère Antigone. Et je la citerai encore tant qu'il le faudra! Car je veux agir! Je veux l' ÉGALITÉ!!! elle sort

Le directeur: resté seul Ha l'adolescence, les grands idéaux... il regarde dans le vide J'en avais moi aussi, j'ai été bien jeune et bien crédule. Et j'ai bien vécu. Mais j'ai perdu ces belles idioties. Je veux bien croire à l'égalité. Mais plus me battre! Jamais.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------



Donc voilà, je vous remercie si vous avez pris le temps de me lire, et je vous offre quelques images en même temps ^^ Et après je retourne réviser mon brevet pour jeudi :P



La deuxième étant une nausicaa revisitée :p

et pour terminer:une musique trop bien x) mais le clip est chelou je vous l'accorde, xD


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire